11 juillet 2006

It's too late for me, this town will win...

music_vid_6

Et dire que j'avais cru connaître l'horreur avec Silent Hill 2, quelle insouciance.
En effet, après l'aventure de James Sunderland, rien ne pouvait me préparer à ce voyage ou' la mise en scène de l'horreur est si travaillée qu'elle en devient artistique.

Après un "cauchemar interactif" posant tout de suite le ton, on découvre la première héroïne de la série, Heather, qui se réveille au beau milieu d'un centre commercial. Poursuivie par un détective louche nommé Douglas, l'adolescente se rend rapidement compte que l'Enfer a pris possession des lieux avec son cortège de créatures terrifiantes.
C'est en tentant de fuir qu'elle va croiser le chemin de Claudia, une inconnue au discours étrange et qui semble voir en Heather un messie : " Souviens-toi de moi, de qui tu es vraiment mais aussi de ce que tu dois devenir. Celle qui nous conduira au Paradis les mains ensanglantées...."

hez_pipebobblehead

Ainsi les interrogations vont se multiplier pendant la première moitié du jeu environ, jusqu'à un évenement tragique faisant directement écho au premier Silent Hill (Il est bien sûr préférable d'y avoir jouer au préalable mais un récapitulatif sera disponible pour les retardataires pas d'inquiétudes).
Et à partir de là, tout s'accelère. Le véritable cauchemar commence, le jeu enchaînant les morceaux d'anthologies comme on enfile des perles noires : sacrifice humain, visite guidée de maison hantée, tourniquet diaboliques, murs qui saignent (idée grandiose)....les dévelloppeurs ont rivalisé d'intivité et de créativité artistique pour vous terroriser. Le joueur n'en ressort pas indemme mais on ne peut que s'extasier devant tant de génie.
Une deuxième partie tellement mémorable, tant du point de vue ludique que scenaristique, qu'elle ferait presque regretter un début un peu lent, presque "classique" en regard de la suite. Voilà le seul reproche que l'on pourrait adresser à cette oeuvre certes brève (8-9h maximum) mais incroyablement intense.

sh3_1_1024x768

On terminera par la partie sonore toujours menée de main de maître par Akira Yamaoka. Il nous livre une OST certes atypique, accompagnant à merveille la folie ambiante du jeu, mais reservant aussi de grand moments d'émotions pures avec l'introduction dans cette épisode de chansons (voir clip du post précédent). A ce titre on applaudira des deux mains et des deux pieds l'émouvant "I wanna love" et la surprenante version chantée du thème de Silent Hill, "Hometown". Une réussite.

Au final si il propose un scénario peut-être moins profond que son prédecesseur, Silent Hill 3 reste une expérience visuelle et sonore inoubliable, qui hantera vos nuits encore longtemps après. A faire et à refaire, tant que votre coeur vous le permet bien entendu...

En bonus voilà le making-of du jeu, mis en ligne par Moon-silk qu'on remercie bien fort :


Moon-silk

Posté par Chocoborg à 01:50 - Commentaires [1] - Permalien [#]


Commentaires sur It's too late for me, this town will win...

    excellent le making of!

    Posté par knackiballman, 11 juillet 2006 à 13:26 | | Répondre
Nouveau commentaire